Dossiers Histoire

Guerre, Marine et Bière : le HMS Menestheus, la brasserie flottante

Alors que les américains sortent à peine de la prohibition, leurs cousins britanniques, malgré quelques légers changements de mentalités prenant exemple sur le puritanisme américain, continuent de voir le secteur de l’alcool prospérer. Pas un village ne dispose d’au moins un Pub dans ses environs, les brasseries prospèrent et forcément, la bière coule à flot. 

La première guerre mondiale avait mis un frein à de nombreuses brasseries en Europe, mais les britanniques, relativement épargnés par le conflit, tout du moins sur leur terrain en comparaison du reste de l’Europe accessible à pied et donc facilement envahissable, ont su préserver leur industrie brassicole. 

Cette persévérance leur a valu aussi une forte dépendance à la bière, le lubrifiant social par excellence qui est devenu bien plus qu’une boisson, c’est une véritable institution! Seulement voilà, la fête ne sera que de courte durée et les appels au front vont rapidement remplacer les appels à aller boire un verre au pub du coin…. Hitler commence à faire des siennes et l’île Britannique lui fait de l’œil, il est temps pour nos amis britanniques de se défendre. 

 

Source : Pixabay

 

Un soldat heureux et motivé est un soldat qui a une bière (enfin ca c’est eux qui le disent)

Nous sommes en 1944, le conflit fait rage, et les britanniques sont eux aussi en guerre. La Royal Navy envoie ses troupes dans le pacifique pour lutter contre les troupes japonaises prêtes à en découdre avec les ennemis occidentaux. 

La guerre du Pacifique, ce n’est pas de tout repos, certes, aucune guerre n’est facile, mais les soldats japonais sont particulièrement coriaces et combatifs, et surtout, ils ne prennent aucune pincettes pour piéger leurs adversaires. Il faut donc penser à motiver les troupes, et la Navy n’en était pas à son coup d’essai puisqu’elle avait par le passé instauré le Grog et la dose de Rhum. Seulement là, les soldats avaient besoin de bière, et la bière, c’est plus compliqué à acheminer sur un champ de bataille que d’autres alcool plus résistants comme les spiritueux. 

Souvenez-vous, la fameuse histoire de l’IPA et son ajout supplémentaire de houblon pour que la bière puisse arriver sans se gâcher dans les colonies indiennes (on y reviendra dans un autre article car l’histoire est plus complexe). Et bien nous faisons face au même problème, envoyer de la bière sur le front pacifique c’est compliqué à l’époque, alors comment faire?

 

Source : Pixabay

 

“Et si on brassait dans un bateau?”

L’idée pourrait venir d’un truc dit par une bande de gens enivrés dans un pub, et pourtant l’idée n’est pas si bête, bien au contraire! La Navy décide de créer un navire spécialement dédié au brassage de la bière qui sera positionné dans le pacifique et permettra ainsi de ravitailler les soldats de leur breuvage houblonné favori! Pour cela, il faut des gens compétents, et la Navy a jeté son dévolu sur George Brown, un ancien employé de la brasserie Truman, une brasserie fondée en 1666 qui fût l’une des plus grandes du pays à l’époque (qui ferma dans les années 80). Ce cher George avait donc pour tâche de superviser les futures opérations à bord du navire, et dans la foulée, il sera nommé officier. 

La Navy avait trouvé son superviseur, il fallait maintenant trouver le navire, et ce sera le HMS Menestheus, un navire de croisière civil reconverti en mouilleur de mines qui sera acheminé à Vancouver pour y être transformé en brasserie flottante. Seulement, brasser en haute mer c’est un sacré challenge! Vous n’êtes pas sans savoir que la bière c’est beaucoup d’eau, et certes, sur un navire, l’eau ca ne manque pas mais elle est salée d’une part, et d’autre part, l’eau douce il faut aussi pouvoir la stocker et ca aussi, c’est compliqué… alors que faire?

Georges décide simplement de créer un dispositif permettant de distiller l’eau de mer et ainsi l’utiliser pour le brassage. Pour récupérer cette eau, le navire devait se mettre à l’arrêt pour pomper l’eau de mer et on utilisait ensuite la chaleur des chaudières du navire pour le brassage, le reste du processus de brassage a été pensé pour pouvoir être adapté à son environnement plutôt inhabituel pour une brasserie. Le navire disposait de 6 cuves de fermentation et pouvait produire environ 250 barils par semaine. 

La bière qui en sortait était une bière douce à 3.7%, pas de quoi s’enivrer beaucoup mais de quoi se désaltérer et peut être oublier un tant soit peu l’angoisse de la guerre dirons-nous. Le navire proposa ses premières bières fin 1945, à la toute fin du conflit qui fut plus court que prévu par rapport aux prévisions britanniques. 

 

Deux officiers buvant une bière au sein du Menestheus (source : Imperial War Museum)

 

Et après la guerre?

Pourtant, même si le navire fut mis en service en toute fin du conflit, l’idée de la Navy fut loin d’être abandonnée, et celle-ci souhaite créer une flotte spéciale d’une dizaine de vaisseaux du même type pour ses troupes à travers le globe. Malheureusement, le projet n’aboutit pas, le conflit terminé, l’heure était à la revalorisation des priorités et dégager un tel budget n’était pas raisonnable, et ce, même si un autre navire était en partie prêt, le HMS Agamemnon. 

Le Menestheus, quant à lui, resta seul navire brasserie de la flotte de la couronne britannique. Bien qu’il soit seul, la Navy le laissa voguer et alimenter les troupes jusqu’en 1953 où un incendie le coula, noyant définitivement la bière dans les eaux profondes sans faire de victimes, fort heureusement. De quoi donner désormais du travail à l’archéologie sous-marine pour nous faire revivre ce vestige brassicole de la seconde guerre mondiale. 

 

Le vaisseau Agamenon, brasserie flottante inachevée (source : Wikipedia)

 

En conclusion

On démarre l’été avec une histoire finalement assez anecdotique, mais elle reflète l’intérêt de la bière pour les hommes (et les femmes NDLR), notre breuvage favori, est bien plus qu’une simple boisson, il est vecteur de plaisir, de réconfort sans oublier les vertues ancestrales attribuées dans les rites de passages ou les rites funéraires entre autres. Bien entendu, la bière est à consommer avec modération, boire pour oublier, boire pour s’enivrer uniquement ce n’est pas fondamentalement une bonne idée du tout, mais dans le cadre de la guerre, on peut comprendre que les seuls moyens pour les hommes d’oublier leur sort, c’est de pouvoir, le temps d’un soir, s’enivrer et rire un bon coup sous les effets de l’alcool car ceux-ci pouvaient malheureusement mourir le lendemain et ca, la Navy l’a bien compris. 

Motiver ses troupes, c’est compliqué après tout, comment motiver des gens qui sont sur un terrain inconnu, face à un ennemi qui connaît son environnement, et qui n’a aucun scrupule à vous abattre quand il en a l’occasion? Il faut alors pouvoir amener un peu de réconfort aux troupes, leur montrer qu’ils comptent et que leurs actes de bravoure ne sont pas en vain. 

Au final, outre l’aspect anecdotique, voire potentiellement amusant de cette histoire, ceci démontre une nouvelle fois que la bière peut être bien plus qu’un simple breuvage que l’on boit devant un match de football. C’est en soi un produit socialement important, depuis tout temps, qui doit cependant être consommé avec prudence pour ne pas basculer dans la dépendance. 

Enfin, la bière brassée à l’eau de mer, pour terminer sur une note un peu plus technique, cela existe encore! Citons par exemple la brasserie bretonne de Mor Braz qui a gagné un concours Lépine avec sa méthode de distillation d’eau de mer pour fabriquer ses bières, ou encore la Margose de Birra Nova en Italie, testée elle aussi sur notre site! 

 

Le Menestheus à Vancouver (source : Wikipedia)

 

Sources :

https://www.warhistoryonline.com/instant-articles/the-brew-barge-of-wwii.html?safari=1&Exc_TM_LessThanPoint001_p1=1&chrome=1 

https://korii.slate.fr/et-caetera/histoire-royal-navy-brasserie-flottante-menestheus-biere-seconde-guerre-mondiale-pacifique 

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/j.2050-0416.1947.tb01321.x 

https://taskandpurpose.com/history/royal-navy-ship-floating-brewery-world-war-2/ 

https://en.wikipedia.org/wiki/HMS_Menestheus 

 

Greg
Marseillais amateur de bières, je vais vous faire découvrir cette boisson à travers son histoire, des dossiers, de l'actu et enfin des tests de bières diverses et variées!
https://thebeerlantern.com

One Reply to “Guerre, Marine et Bière : le HMS Menestheus, la brasserie flottante

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.