Actualités

Connaissez-vous l’association des buveuses de bières?

Si je vous dis Hoppy Hours vous me répondrez, pour beaucoup d’entre vous du milieu, Carol Ann. D’autres répondront encore Mira. Moi je répondrais Lardon (c’est un de ses chiens trop mignon). Bref, Carol Ann c’est un peu comme le loup blanc dorénavant, c’est une femme engagée et féministe du milieu de la bière qui a déjà su faire ses preuves dans un secteur d’activité bien patriarcal et masculin (sigh) depuis quelques années maintenant. 

 

Les femmes s’unissent et créent leur propre association

Le constat de Carol, et de beaucoup d’autres femmes est très simple. Le monde de la bière, auparavant féminin, est devenu au fil des siècles quelque chose de très masculin, au point où on a totalement invisibilisé la femme. Au début ciblée comme la simple boniche qui va chercher la bière de son mari travailleur et à qui l’on obéit, puis un objet de désir totalement déshumanisé pour enfin finir par devenir une nouvelle clientèle à séduire à tout prix grâce aux innombrables clichés sexistes que l’on peut trouver dans notre société patriarcale. 

Alors oui, c’est un constat affligeant, que ce soit dans ce milieu ou d’autres, la bière est quelque chose de trop masculin encore, et force est de constater que malgré de nombreuses avancées, le chemin est extrêmement long et semé d’embûches pour celles qui sont pourtant nos égales, si ce n’est même plus quand on voit ce qu’elles ont à endurer par rapport à nous (non parce que Alfonso, faut y arriver à lâcher un mouffetard par ton entrejambe hein, ca va 5 min la virilité à 2 balles). 

Carol a souvent poussé des coups de gueule (et elle n’est pas la seule) contre des bières sexistes, des publicités rabaissantes et j’en passe, mais elle a, je pense, jamais non plus réussi à se sentir en sécurité dans un groupe mixte d’amateurs de bières. Alors je ne parle pas à sa place bien entendu, je ne me permettrais pas cet affront, mais quand on est dans un milieu où 4 personnes sur 5 sont des mecs, on est en droit de se sentir un peu en fragilité. 

Les exemples ne manquent pas et sont communes à l’ensemble de la société actuelle : paternalisme déguisé, drague lourde, mansplaining, minimisation voire invisibilisation (encore) des avis du sexe opposé, je pourrais en faire une chiée de liste en fait et encore à mon échelle de mec hétéro qui a su ouvrir les yeux mais qui est loin d’être un modèle de perfection non plus (car je ne suis pas celui qui sera le mieux placé pour me juger). 

Allez donc faire un tour sur des forums d’amateurs de bières ou de brasseurs amateurs et vous verrez ô combien on retrouve une ribambelle de débiles acéphales qui vont essayer de jouer les monsieur je-sais-tout à des femmes qui ont une formation diplômante et un bagage derrière elle largement plus lourd que la paire de burnes que se coltine certaines personnes qui se croient supérieure sous prétexte qu’ils ont un service 3 pièces digne du manège à bijoux Leclerc entre les jambes. Je suis assez virulent mais j’ai fait quelques tours sur divers groupes francophones et c’est souvent pareil, des blagues lourdes et misogynes, des personnes qui vont agresser leurs interlocutrices, des mecs qui vont voir le féminisme comme une mode et j’en passe et des meilleurs. 

Bref, si moi en tant que mec blanc cis hétéro de 36 ans j’arrive à me frapper des putains de facepalm à m’en aplatir le front en regardant le milieu qui me fait vivre, alors imaginez les principales concernées. Et c’est entre autres, pour cela que Carol Ann, accompagnée d’autres amies et collègues telles que Marie Emmanuelle Berdah ou encore  Juliette Phuong se sont réunies pour créer l’association des buveuses de bières. 

 

Quel est le but de cette association?

Si vous avez bien lu le titre, on est d’accord que c’est pas pour sniffer de la colle Cléopâtre qu’elles sont là, c’est bien pour pouvoir déguster entre femmes, des bières. Si mon précédent paragraphe, sortant un peu des sentiers habituels avait, à ma manière, expliqué quelque peu les possibles raisons qui ont poussé cette association, la principale c’est surtout de pouvoir proposer un moyen de se réunir entre femmes à travers la même passion et ce, dans un espace sain, sans aucun homme autour pour mansplainer les choses. 

L’association n’est pas que réservée aux femmes du milieu brassicole, elle est ouverte à toutes celles qui veulent découvrir la bière. On est pas sur une association professionnelle comme Pink Boots (qui a un but et un rôle différent et qui a une très grande importance dans la bière). 

Si vous êtes une femme, il suffit d’aller sur le site officiel (situé en source à la fin de cet article) et adhérer via une petite cotisation pour profiter des nombreux évenements et avantages de ce groupe. L’association propose entre autres des événements publics à tarifs préférentiels, des événements privés, des remises chez de multiples partenaires, l’accès à un réseau féminin brassicole et enfin l’accès à la communauté Slack liée à l’association et la bière pour pouvoir y échanger. 

Pour ceux comme moi qui sont des provinciaux, Slack est une plateforme de communication collaborative, un peu comme Discord pour la jouer très simple, mais je ne l’ai jamais testée, toutefois je voulais faire une mini précision au cas où. 

L’adhésion coûte 15€ par an (ce qui est peu) et à ce jour, la communauté grandit et va sous peu dépasser la centaine de membres, de quoi galvaniser encore plus les troupes et prouver qu’il y avait un réel besoin de réunion entre femmes sur ce sujet. 

 

 

Pourquoi c’est bien?

Déjà, rendons à César ce qui est à César, la femme et la bière sont historiquement et intimement liées, ca n’était qu’une corvée du quotidien au meme titre que la cuisine tandis que môssieur partait travailler. Dès qu’on a capté que du business devait se faire, on a éjecté élégamment (non) ces dames pour finir par les invisibiliser (les Ale Wives y a des gens qui pensent à vous très fort). De fait, quoi de plus légitime pour elles que de pouvoir se réunir tranquillement?

Du constat de Carol et de toutes les membres qui ont créé cette association que j’ai cité plus haut  (car elles sont plusieurs à avoir eu cette idée et franchir le pas en synchro), sur les forums et autres groupes, elles ont toujours affaire à des mecs pédants et imbus d’eux mêmes pour qui une femme ne connait rien à la bière. De même, combien de brasseuses se sont pris dans la gueule un “ah vous êtes la femme du brasseur?” ou les cavistes “Bonjour, je peux voir votre supérieur?”… bref tout un tas de joyeusetés qui n’ont fait que faire chauffer la cocotte et donner de plus en plus envie à ces dames de se réunir en paix. 

Ce qui est amusant, c’est de voir qu’au moment de cette création, bon nombre de mecs se sont sentis offusqués de voir une association fermée à eux. L’argument principal c’est que c’est dommage, que ca renforce les clivages etc…. Sauf que des “boys clubs” il y en a des centaines, et pas besoin pour eux de revendiquer que les femmes n’ont pas leur place, le comportement des membres de ces groupes suffit à lui même pour dissuader le sexe fort (je parle des femmes pour ceux qui sont confus), de s’immiscer dans ces communautés. 

En vrai, l’avis des gens, on s’en tape un peu le coquillard, si des mecs se sentent rejetés tels des incels parce que “ouin ouin” un groupe de femmes boit des bières ensemble, je suis sur qu’ils sauront aller pleurnicher dans leur groupe de mecs accablés à coup de “on peut plus rien dire” et “elles en veulent toujours plus”. La vérité c’est surtout que si l’on est un minimum censé et sain d’esprit, voir des femmes se réunir entre elles, on s’en fiche en vrai, au contraire, c’est très bien et ça ne veut pas dire que l’on est dans un milieu où les genres sont mis chacun d’un côté. On parle ici d’une simple association, ça ne veut pas dire que la mixité n’a pas lieu dans le milieu lui-même, bien au contraire! Il faut bien comprendre que ces choses là ne sont en rien un danger pour la bière, elles sont une putain d’avancée et il faut vraiment que ca rentre dans les cervelas de nos congénères masculins. 

On constate que peu agissent vraiment dans ce milieu, pour le moment, et puis il y a ceux qui voient le féminisme comme une vague sur laquelle surfer, ou bien une passade. Il faut bien à un moment donné qu’elles agissent d’elles même et entre elles pour se faire entendre une bonne fois pour toute non? Parce qu’au final, plus les femmes s’immiscent dans le milieu brassicole, plus il y aura une véritable richesse au sein des échanges car chacun est différent et peut apporter quelque chose de concret, il est donc important d’ouvrir un peu plus ce milieu. 

De mon expérience, quand au sein de mon bar, nous faisons nos ateliers, on voit de plus en plus de femmes (qui brassent ensuite et reviennent acheter de quoi brasser) passionnées et c’est toujours amusant de parler de la réelle place de la femme dans l’histoire de la bière au cours des dégustations. J’ai vu des yeux s’écarquiller des deux côtés, et rarement des mecs qui la jouent blasés, preuve que cela étonne beaucoup de monde et ce qui pour certain parait amusant voire anecdotique, devient quelque chose de fort chez certaines autres qui découvrent que leur rôle est plus important qu’elles ne croient. Je les invite d’ailleurs à chaque fois à se fournir en contenu chez Carol, Elisabeth Pierre et bien d’autres car je ne fais que transmettre l’information dans mon modeste endroit. Cette parenthèse surtout pour signifier que les néophytes quels qu’ils soient, sont encore énormément enfermés dans les carcans de l’image qu’ont donné les industriels à la bière vis à vis de la femme. 

Je ne peux que vous inciter à accepter et écouter la parole de ces femmes, de les laisser échanger en paix, de voir en elles des égaux et pas des bêtes de foires, de cesser de les sexualiser, objectifier ou paternaliser comme des idiots. 

Si vous êtes une femme et que vous découvrez cette association par mon site, allez voir le site de Carol, allez écouter les podcasts du cercle Bierissima, allez voir tous ce que font les Pink Boots dans le monde, et surtout, lisez les ouvrages d’autrices telles que Anais Lecoq et son splendide Maltriarcat dont je parlerais bientôt, mais aussi des ouvrages anglophones tels que “A woman place is in the Brewhouse”, suivre le blog de Melissa Cole, écouter les podcasts féministes et brassicoles, lire les stories de Brienne Allan et ses amies, boire des bières de Joanna Petit de la brasserie de Beaucaire ou encore de chez Thibord, prendre des masterclass chez Dorothée et les apérologues, lire les recherches du Dr Chritina Wada alias Braciatrix, vous faire conseiller par des femmes cavistes. Bref, la liste est plus que longue et la femme dans la bière est en train de se frayer un chemin qui s’élargit de plus en plus et qui va, j’en suis sur, nous apporter un grand nombre de belles choses. 

 

En conclusion

Allez adhérer à cette association qui n’en est qu’à ses débuts, foncez amies buveuses de bières, amusez-vous, échangez, éclatez-vous et faites fi des critiques acerbes de quelques frustrés du gland qui pleurnichent dès qu’on met en avant leurs privilèges. Cette association a pour but de vous faire gagner du temps, de ne pas perdre ce précieux temps à arpenter des groupes où vous serez malmenée par quelques idiots pédants qui voient la bière comme un produit qui se boit avec des burnes et du gravier. 

Ce type d’initiative est à souligner et à diffuser car elle permet justement de renforcer les échanges. Espérons que le phénomène va s’amplifier et donner une toute nouvelle dimensions à un milieu qui, comme tous les autres, fait face à une vague de révolte de la part des femmes, et je dois avouer, à titre personnel, et de par mon vécu, que ca n’est pas du tout pour me déplaire…. 

Et si vous avez peur de vous lancer dans la bière, que ce soit comme brasseuse, caviste, zythologue ou autre, foncez et n’ayez pas peur! D’ailleurs le site Brewjob (lien sur la sidebar du site) est co-créé par Carol-Ann elle-même et permet de visualiser et postuler à tout un tas d’offres d’emplois dans le milieu brassicole! 

 

Le site officiel : https://www.buveusesdebieres.fr/ 

Le blog de Carol Ann : https://hoppyhours.net/ 

 

Greg
Marseillais amateur de bières, je vais vous faire découvrir cette boisson à travers son histoire, des dossiers, de l'actu et enfin des tests de bières diverses et variées!
https://thebeerlantern.com

One Reply to “Connaissez-vous l’association des buveuses de bières?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.