Actualités

Pourquoi tout le monde dit que les bières vont coûter plus cher?

Vous voyez ça et là fleurir sur vos flux d’actualités les titres racoleurs hurlant que vos bières vont coûter plus cher et qu’il faut faire vos stocks rapidement avant de voir une soi-disant pénurie de bière etc.. 

Est-ce que vraiment vos bières vont coûter plus cher? Oui et non en vérité, ça dépend de plusieurs choses et on va tenter d’analyser tout cela. 

 

Le confinement : première cause d’augmentation des matières premières

J’en avais déjà parlé en Mai 2021, le cours des matières premières s’est envolé et est resté à ce jour sur une tendance haussière. L’histoire, vous la retrouverez dans l’article, mais pour vous résumer les faits, c’est une succession d’asynchronicité entre les différents confinements avec une entente entre des armateurs peu scrupuleux qui ont créé une pénurie de containers et fait grimper les taux de fret. Le fait que la plupart des pays n’aient pas eu les mêmes politiques de confinement entre eux est majoritairement la cause du problème initial. La Chine a subi des retards de production, a eu des difficultés pour s’approvisionner et elle a aussi était confrontée elle aussi aux difficultés des taux de fret, ce qui a fait augmenter les cours des matières telles que l’Inox ou le cuivre par exemple. 

L’approvisionnement de matières premières comme le houblon est aussi en difficulté à la base, pas tous les pays ne peuvent faire pousser leur propre houblon comme nous en France, et beaucoup de houblons sont protégés, ou ne poussent que dans un panel d’endroits limités dans le monde, ce qui ne facilite pas les choses. Forcément, si les taux de fret augmentent, faire venir le houblon devient cher, sachant que de base, le houblon est un produit coûteux. 

Soyons très clairs, une brasserie a besoin de carton, de verre, de céréales, de houblon, de levures et en cas d’achat de matériel, d’inox et tous ces produits ont augmenté dernièrement. Beaucoup de producteurs et fournisseurs ont accepté de ne pas faire répercuter les augmentations sur leurs clients, arguant l’optimisme d’une retombée des cours sous quelques mois. Pourtant, une majorité des cours de matières ont augmenté et ont stagné sans trop baisser, gardant une tendance haussière qui ne devrait pas rester longtemps sans conséquences pour les clients finaux. 

 

Source : Pixabay

 

La Géopolitique a-t-elle son rôle à jouer?

A moins que vous soyez en hibernation, vous n’êtes pas sans savoir que la Russie a décidé de lancer un plan d’invasion sur l’Ukraine, or, la Russie et l’Ukraine c’est 31% de la production mondiale d’orge. Du coup, entre un pays assiégé, et un autre qui prend sanctions sur sanctions, difficile de dire quel sera l’impact réel sur la bière que l’on boira demain. Difficile de dire si ce sera temporaire ou pas, on l’a vu avec les autres cours de matières, les cours se sont stabilisés mais sont restés plus hauts qu’avant. D’ailleurs, le drapeau Ukrainien représente un champ de blé (jaune) avec un ciel bleu au dessus, symbole de la place importante qu’a cette industrie au sein du pays. 

La géopolitique en général est toujours l’un des principaux facteurs de fluctuation des taux. Une guerre, un embargo, une catastrophe naturelle, dans la logistique tout peut avoir une influence sur votre transport, et peut ensuite augmenter le coût de votre fret ou augmenter son délai. 

Enfin, il ne faut pas négliger le coût énergétique qui va probablement augmenter compte tenu de notre dépendance à des puissances comme la Russie sur certaines ressources énergétiques.

Donc oui, clairement la géopolitique joue un rôle majeur car entre l’Ukraine qui voit son économie stoppée net, et la Russie qui voit la sienne en difficultés face aux diverses sanctions à son encontre, il devient compliqué d’y voir clair pour bon nombre de professionnels. Actuellement ce sont les cours du blé et des métaux qui s’envolent, les deux pays produisent beaucoup de métaux, majoritairement la Russie par ailleurs. 

 

Source : Pixabay

 

Mais est-ce que ma bière va VRAIMENT coûter plus cher?

Pour revenir au début de l’article, on voit les titres putaclic foisonner sur la toile à ce sujet, de quoi alarmer des puristes ou de gros consommateurs, mais en vrai, il faut nuancer. Non, je ne peux pas affirmer que la bière va coûter plus cher ou pas, par contre ce que je suis en mesure de vous dire c’est que la tendance haussière des coûts existe mais que l’impact sur le consommateur est minimisé au maximum par les producteurs. 

On l’a vu, le blé, le carton, l’inox, le verre, le transport, tout augmente sans que les pouvoirs d’achat n’augmentent eux aussi. Néanmoins, on estime tout récemment que beaucoup de PME souhaitent augmenter leurs employés, les élections présidentielles approchent et avec elles leur lot de décisions populistes pour se faire réélire pour passer un peu la crème en fin de mandat. Bien sûr, nous ne sommes pas dupes, mais force est de constater que l’on ne voit pas un réel impact sur le portefeuille au final. 

Quand on parle d’augmentation, on parle souvent de centimes en vérité, et bien souvent le producteur essaye d’absorber le coût pour ne pas dérouter le client final. Si on suit les titres racoleurs, ça signifie que votre bière va coûter 2 fois plus cher alors que c’est faux. Bien entendu, une bière indépendante coûtera toujours plus cher que votre bière industrielle, mais votre artisan brasseur, sauf cas exceptionnel, ne se fournit pas en céréales de l’autre côté de l’Europe. 

La France est une terre agricole riche, nous sommes le 5ème producteur mondial de blé et le 1er en Europe, ce qui signifie que les blocus sur les productions Ukrainiennes et Russes ne devraient pas impacter réellement les brasseurs qui se fournissent en blé français voire même du blé issu de l’Union Européenne. Le houblon peut éventuellement augmenter si les taux de fret augmentent encore concernant les variétés qui sont importées de pays comme la Nouvelle Zélande ou les USA, mais il ne faut pas aussi oublier les graves incendies qui ont mis à mal les récoltes et donc fait augmenter les tarifs de certains houblons. Pour ce qui est du carton ou du verre, la tendance est stable mais haussière, donc effectivement, on le voit déjà, certains fournisseurs de bouteilles ou de cartons ont augmenté les prix et cela se sent par l’ajout de quelques centimes par bouteille produite sur le cout de production. L’énergie va elle aussi augmenter à cause du conflit actuel, de même que le fret, entre l’essence et les ententes entre les armateurs maritimes de ces derniers mois, la tendance est à la hausse et les coûts de fret ont explosé selon les axes, de quoi ajouter quelques autres centimes de plus à votre bière. 

 

Source : Pixabay

 

En conclusion

Ce “petit” article est surtout là pour éclaircir un peu ce que l’on voit fleurir partout et n’importe comment sur la toile. Il y a bel et bien une augmentation générale des matières premières de toutes sortes, de l’énergie et des transports, mais l’impact sur vous, consommateur a été minimisé au maximum par les producteurs, au détriment de leurs marges bien souvent. Bien sûr, vous avez peut-être vu certaines bières coûter quelques centimes de plus, mais vous n’aurez pas à payer votre bière 2x plus cher rassurez-vous! 

Et en même temps je vous dirais, on sait tous pourquoi une bière craft coûte plus chère qu’une industrielle, de plus, bon nombre de vous sont prêts à payer 12€ une pinte de IPA en province ou 30€ une bouteille de barriquée, alors au final payer quelques centimes de plus, je dirais que c’est une pichenette pour le portefeuille des plus geeks d’entre vous n’est ce pas? Et pour les néophytes, l’impact sera lui aussi quasi indolore au final, mais si le phénomène ne désemplit pas, l’augmentation risque de peut être se faire sentir de manière plus virulente dans quelques mois. 

En revanche, côté producteurs, la pilule est amère car tout augmente, du carton à l’étiquette en passant par l’embouteillage, c’est quasiment toute la ligne de production incluant même le nouveau matériel qui est impacté. L’occasion pour les brasseurs de renforcer les échanges, mutualiser les commandes et négocier ses tarifs, et bien entendu, analyser ses prévisions de productions annuelles pour éviter un maximum de perte. 

Je ne pourrais pas dire que tout va bien, mais je peux au moins vous dire, à la vue des actualités, que ca pourrait être pire alors voyons le verre à moitié plein, nous qui pouvons encore librement circuler dans la rue se payer une bière entre ami.e.s et parler à des brasseurs qui arpentent les festivals et les évènements autour de chez eux sans crainte de se prendre un mortier en pleine poire.

 

Sources :

https://www.franceagrimer.fr/fam/content/download/63215/document/FICHE%20FILIERE%20BLE%20TENDRE.pdf?version=1#:~:text=En%202018%2F19%2C%2034%2C,Russie%20et%20les%20%C3%89tats%2DUnis

https://biere-actu.fr/guerre-en-ukraine-le-cours-de-lorge-brassicole-senvole/ 

https://www.container-z.com/fr/actualites/conflit-en-ukraine-quel-impact-sur-le-cours-des-metaux 

https://www.capital.fr/entreprises-marches/ukraine-les-cours-du-ble-senvolent-1429718 

https://www.lantenne.com/Flambee-mondiale-des-cours-des-cereales-et-oleagineux_a58679.html 

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-decryptage-eco/les-prix-de-l-alimentation-vont-augmenter-dans-les-rayons-des-supermarches-comment-l-expliquer_4965534.html

 

Greg
Marseillais amateur de bières, je vais vous faire découvrir cette boisson à travers son histoire, des dossiers, de l'actu et enfin des tests de bières diverses et variées!
https://thebeerlantern.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.