Dégustation

Retour chez Kingpin avec une Lunatic!

Bonjour les amis!

Après un petit périple parisien à la Paris Beer Week juste après un Provence Bière Connexion haut en couleurs, me revoici pour vous parler, non pas de ces deux événements, que j’aborderais plus tard, mais d’un nouveau test, de nos amis Polonais de chez Kingpin!

Nous avions parlé précédemment de la Gose Busters, une Gose au caramel de beurre salé, qui nous avait laissé une très belle impression. J’ai pu goûter beaucoup de leurs créations à ces camarades de l’Est, et j’ai pu les rencontrer, et ils sont tout aussi sympas que leurs bières, croyez moi!

Mais quelle est la bière dont nous allons parler aujourd’hui me direz-vous, et bien on va déguster une Lunatic! Une bière blanche brassée avec de la Goyave et du citron.

 

Le soleil a rendez vous avec une Lunatic

Notre jolie Polonaise nous offre une belle mousse fine et persistante, recouvrant avec élégance une jolie robe dorée, légèrement trouble avec une très belle carbonatation.

Au nez, on retrouve des jolies notes fruitées, la goyave et l’agrume se chevauchent en légèreté mais ne vont pas dans la dominance, on trouve également des belles notes faisant penser à de la paille.

 

Fly me to the Moon

Au gout on retrouve le fruit, un subtil mélange de goyave et d’agrumes parfaitement équilibré et sans aucune dominance qui pousse à l’écoeurement.

L’amertume est légère, l’ensemble rafraîchissant et très agréable.

 

En conclusion

Une bière d’été, incontestablement, on retrouve ici tous les atouts, une légèreté en alcool, du fruit, de l’équilibre, de la carbonatation et une sensation de fraîcheur bien opportune en ces futures chaleurs estivales.

Greg
Marseillais amateur de bières, je vais vous faire découvrir cette boisson à travers son histoire, des dossiers, de l'actu et enfin des tests de bières diverses et variées!
https://thebeerlantern.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.